Avez-vous jamais songé à faire du bénévolat à l’étranger? Vous vous demandez comment ça marche? Notre superviseure du service à la clientèle, Mia, fait partie de la famille de TuGo depuis 2009. En plus de soutenir son équipe de conseillers en assurance agréés qui travaillent fort, elle est passionnée par le bénévolat ici et à l’étranger.

mia_500p_wideMia nous livre ses trois principaux conseils pour ceux qui souhaitent faire du bénévolat à l’étranger.
Sarah : Peux-tu nous parler de quelques-unes des organisations pour lesquelles tu fais du bénévolat, et ce qui te plaît le plus chez elles?
Mia : Il y a peu, je me suis impliquée dans le projet No Starving Child. Cette organisation sans but lucratif a pour vocation d’apporter de l’espoir aux enfants du monde entier. Nous faisons la promotion du bénévolat et des levées de fonds pour fournir un soutien financier à des organisations qui viennent en aide aux enfants dans les pays du tiers monde.

J’aime encourager les gens à s’impliquer et à se passionner pour l’aide internationale et l’aide communautaire.
Sarah : Ça a l’air d’être un projet vraiment important! J’ai entendu dire que tu avais également fait du bénévolat à l’étranger. Peux-tu nous en parler?
Mia : En 2009, je suis allée à Tshelenyemba, Zimbabwe. J’ai vécu deux mois dans une petite communauté pour y faire du bénévolat dans des écoles primaires et à l’hôpital local.

Cette expérience m’a montré la beauté d’un mode de vie simple et a fortement changé ma façon de vivre. Je chérirai toujours l’expérience de vie communautaire que j’ai eue là-bas et c’est ce que je désirerai faire dans le futur.
Sarah : C’est une expérience vraiment instructive! En quoi ta façon de vivre a-t-elle changé depuis le voyage?
Mia : Quand nous nous sommes installés au Canada comme réfugiés, je m’identifiais comme pauvre parce que nous ne pouvions pas nous permettre le luxe des cadeaux de Noël, alors qu’à Tshelenyemba, ils n’ont pas le luxe d’avoir de l’eau potable ou de la nourriture.

Pendant mon séjour, la sécheresse s’est aggravée et le taux d’inflation a rapidement augmenté. Il n’y avait plus de nourriture à acheter et ce qui était disponible était trop cher pour la plupart des gens.

Quand tu vois des familles souffrir de la faim et des enfants mourir de malnutrition, tout à coup ta Toyota Corolla toute rouillée de 1985 ne semble pas si mal. C’est une très belle leçon d’humilité et je serai toujours reconnaissante pour cela.

mia_with_kids_500p
Sarah : Quel conseil donnerais-tu aux personnes intéressées par le bénévolat à l’étranger?
Mia : Soyez utile, apprenez-en un peu sur la culture et soyez prudent. Quel que soit l’endroit où vous allez, faites vos recherches!

Quelqu’un m’a dit une fois « l’Afrique n’a pas besoin d’autres personnes pour manger sa nourriture et boire son eau ». Cela s’applique quel que soit l’endroit où vous allez. Soyez utile. Avez-vous des compétences qui pourraient servir? Pourrez-vous changer la vie de quelqu’un? Ou est-ce le goût de l’aventure qui vous motive?

Ensuite, apprenez-en un peu sur la culture. Cela vous aidera beaucoup de connaître quelques mots de la langue locale et de savoir combien il faut faire de bisous sur la joue. Vous vous intégrerez mieux dans la communauté, garantissant ainsi le succès de votre expérience!

Soyez prudent. Quelle que soit votre destination, rappelez-vous que vous êtes un étranger et donc, vulnérable. Trouver un guide de confiance parmi les habitants locaux est souvent indispensable!
Sarah : Merci Mia, tu es une vraie source d’inspiration pour moi!
Voulez-vous partager des histoires ou des conseils pour le bénévolat? Laissez-nous un commentaire ci-dessous ou envoyez-nous un message sur Tweeter à @tugoinsurance!

Articles apparentés