Ayant grandi sur la côte ouest, si quelqu’un m’avait dit que je peux faire le tour d’une île en une journée, j’aurais la fausse impression que c’est simplement parce que l’île est petite. Mais, de comparer l’île de Vancouver, là d’où je viens, à l’île du Cap Breton est aussi évident que de comparer des pommes à des balles de golf : elles sont rondes et offertes en plusieurs variétés. Cette aventure particulière sur la côte est, prend au moins une journée complète. Des heures de ballades en voiture mais une tonne de nouvelles découvertes à visiter, mais surtout à goûter. Voilà l’une des nombreuses activités auxquelles vous pouvez participer lors d’un voyage au Canada.

Mon copilote pour cette grande aventure était ma mère. Fait à noter : ce voyage n’avait rien à voir avec les ballades en voiture en famille quand j’étais jeune, assise sur la banquette arrière, demandant sans arrêt “on arrive quand?”. Nous avons pris la route très tôt le matin depuis le camping où nous avions passé la nuit, le Bras D’Or Lake Campground (site en anglais seulement), situé à quelques kilomètres du début de la piste Cabot. Même si notre tente n’était pas directement face au lac, le terrain sur lequel nous avons abouti, après être arrivées sans réservation à la mi-juillet, était tout de même acceptable. Le lac était situé à 5 minutes à pied de notre terrain. Lorsqu’est venu le temps de se réveiller à 6 h pour débuter notre randonnée de la journée, une petite baignade matinale dans un des plus grands lacs d’eau salée au monde a été plus efficace que n’importe quel réveille-matin.

Aperçu du lac Bras D’Or, en Nouvelle-Écosse
Lac Bras D’Or Lake à l’aube.

La piste Cabot est un sentier qui entoure le nord-ouest de l’île du Cap Breton et considérée par plusieurs comme étant l’une des meilleures routes à découvrir en voiture, non seulement au Canada et en Amérique du Nord, mais aussi dans le monde. Cet attrait touristique de la Nouvelle-Écosse s’étend sur 297 kilomètres et s’avère être du vrai bonbon pour les yeux, où chaque cliché pourrait servir de carte postale pour la province. Des maisons basses ayant survécu à de nombreuses tempêtes; des collines verdoyantes à perte de vue; de grandes falaises escarpées donnant l’impression de se trouver en Nouvelle-Zélande; un vaste horizon où, par un temps clair, vous êtes convaincu que vous pourriez voir l’Écosse; des criques où vous pouvez vous baigner tellement elles sont claires; des routes sinueuses où il est impossible de ne pas s’arrêter pour apprécier le paysage. La route, elle-même, est votre compagne de voyage. Elle vous guide à travers tous ces attraits touristiques sachant très bien que vous ne vous aventureriez jamais sur cette route si le coup d’œil n’en valait pas la peine.

Notre premier arrêt, quelque 40 kilomètres plus loin, était à Margaree, un petit village où, comme dans la plupart des petits villages sur l’île, on pouvait y trouver quelques églises, un bureau de poste, un magasin général et une ambiance plutôt celtique. On nous a dit qu’au cours de l’été, il y a quelques festivals mais il n’y en avait pas au moment où nous étions sur place. Une petite promenade pour se dégourdir les jambes était suffisante pour avoir fait le tour et poursuivre notre route vers notre destination suivante, environ 160 km plus loin, à Meat Cove.

Le bureau de poste/épicerie/quincaillerie à Margaree.
Le bureau de poste/épicerie/quincaillerie à Margaree.

Magasin général, Cap-Breton.

De voyager à un moment où la réception cellulaire ou l’utilisation d’un téléphone intelligent n’était pas une option, ma seule impression de Meat Cove était influencée par le nom aux allures carnivores et toute la précision avec laquelle les gens du coin donnent des indications en voyant deux femmes voyageant à bord d’une voiture immatriculée en Colombie-Britannique. Il s’agit de la communauté la plus au nord de la Nouvelle-Écosse située au bout d’une route de terre deux fois plus étroite que les routes pavées traditionnelles du Cap Breton.

Environ une douzaine de tentes roulottes parsemaient les vallées. On aurait dit des moutons dans un paysage irlandais. Il n’y a aucun doute, cet endroit était vraiment isolé. Nous avons stationné la voiture et puis marché en direction de la plage où le rivage était une grande nappe recouverte de grosses roches grises, arrondies par le temps et les nombreuses tempêtes. En cette journée d’été, l’eau était calme et nous avons pu étendre nos serviettes et prendre le temps de déguster une collation sur la plage ombragée par la grande falaise qui se trouvait derrière nous.

Chemin de terre menant à la plage de Meat Cove.

Pour les amateurs d’eau, Meat Cove est l’endroit rêvé. Imaginez l’eau claire, les plages à perte de vue pour s’étendre après la baignade, le rocher pouvant être escaladé à quelques pas de distance, parfait pour y saisir des images de rêve. Nos vacances sur la côte est du Canada n’auraient pas été complètes sans cette escale.

Nous avions plus ou moins 120 km de plus à parcourir, alors même si nous avions particulièrement envie de rester encore une nuit, nous avons décidé de poursuivre notre route vers notre prochain arrêt, pour entreprendre la plus courte balade en bateau que nous ayons pris : le traversier d’Ingonish, qui est en fait un téléférique.

Entre le point de départ et le point d’arrivée, nous avons pu savourer le paysage qui s’offrait à nous. Peu de temps après, nous avons réalisé que la piste Cabot était aussi le paradis des cyclistes. Les plus aventureux des cyclistes pourraient enfourcher leur bicyclette et prendre la route ou monter à bord de la fourgonnette de tournée lorsque l’inclinaison est trop forte, pour ensuite reprendre la route lorsque le défi semble réalisable, pour profiter au maximum de cette expérience.

Cyclistes pédalant dans une pente sur la piste Cabot vers l’océan, suivis d’un VUS argenté.
Cyclistes profitant de la pente descendante sur la piste Cabot.

Les virages brusques s’adoucissaient plus on s’approchai du niveau de la mer. Une file impressionnante de voitures se trouvait à l’entrée du traversier Ingonish. Heureusement, la traversée fut aussi courte que ce qui était annoncé et la longue file de voitures devant nous raccourcissait rapidement. En 20 minutes, nous avions traversé le minuscule passage et nous amorcions la dernière étape avant notre destination finale de la journée. Nous avions seulement un autre 100 km à parcourir pour compléter le circuit de retour jusqu’à Baddeck comme seul les gens de la côte est le feraient : un festin de homard.

Après avoir mené notre petite enquête auprès des gens du coin à savoir où se trouvait le meilleur endroit pour déguster ce festin, nous nous sommes rendues au Baddeck Lobster Suppers. Cet établissement rouge et blanc est situé sur le bord de l’eau offrant d’un côté la mer et de l’autre la piétonnière. Nous avions entendu dire que ce festin de homard sur l’île du Cap Breton était un incontournable, mais nous n’avions aucune idée à quel point nous en aurions pour notre argent (seulement 35 $)!

Restaurant Baddeck Lobster Suppers situé au 17 Ross St à Baddeck (NS) B0E 1B0 Tél : (902) 295-3307
Avant-goût du festin à Baddeck Lobster Suppers

Nous avons discuté de notre journée en buvant un bon blanc réfrigéré tout en dégustant une chaudrée, du pain frais, des moules cuites à la vapeur et sans oublier la pièce de résistance : un homard de la Nouvelle-Écosse, fraîchement cueilli à moins de 20 m d’où nous nous trouvions.

Cliente heureuse de goûter au vin blanc et aux moules du restaurant Baddeck Lobster Suppers.
Vin blanc et moules à Baddeck Lobster Suppers pour clore une journée parfaite.

Rassasiées et satisfaites, nous sommes retournées au camping. Faire le tour du Cap Breton en une journée? Je l’ai fait et je le referais demain matin!

Vous pensez faire un voyage pancanadien en voiture? Jetez un coup d’œil à ces articles (en anglais seulement) Best Attractions in Ontario for Every Traveller, 10 Fun Things to Do That Manitoba Does Better pour vous en inspirer!

Bons voyages,

Laurel

Laurel Borrowman, Blogueuse invitéeLaurel Borrowman est une auteure et réviseure qui recherche, sans cesse, le mot parfait et des histoires les plus palpitantes. Voyageuse curieuse, amatrice de concerts, joueuse de glockenspiel, et cycliste pour la vie.
Articles apparentés